Une étroite planche suspendue au-dessus du vide.


Des hommes la traversent, courant vers la lune, objet de leur désir. Mais le chemin est plein de dangers, et nos hommes sont fragiles.

Silhouettes d’aluminium brillant dans le néant, hommes aux prises avec leur destin. Nous les manipulons à quatre mains, démiurges amusés de ce monde cruel.


Le Destin est un spectacle visuel, entre arts plastiques et marionnette. Il se veut universel, sans souci des frontières et des âges...

Durée : 50 minutes

Tout public à partir de 5 ans

Une production Gare Centrale.

Dans le cadre de ses «squattages poétiques» la Compagnie Gare Centrale, en collaboration avec Théâtre & Publics, accompagnait de jeunes créateurs dans leur recherche artistique.

Le Destin  est né de cette rencontre avec Agnès Limbos.

Fiche techniqueLe_destin_files/fiche%20technique%20Le%20Destin%20Karyatides.pdf
Galerie photosPhotos_Destin.html
Dossier téléchargeableLe_destin_files/DOSSIER%20LE%20DESTIN.pdf
Bande annoncedestin_vide_%28eh_oh%29.html

Le spectacle a été sélectionné au Prix Grünschnabel,

Prix argovien du jeune théâtre de marionnettes / Figura Theaterfestival 2012

De et par Karine Birgé et Marie Delhaye

Mise en scène : Agnès Limbos

Composition musicale : Vincent Cahay

Création lumière : Nathalie Borlée

Regard rythmique sur la mise en scène :

Bernard Massuir

Accompagnement technique, constructions et affiche:

Antoine Blanquart

Conseils artistiques: Françoise Colpé

Régie: Karl Descarreaux et Dimitri Joukovsky (en alternance)




Et la voix de Julie Mossay

Merci à Françoise Bloch, Anne-Marie Loop

et Marie-Kateline Rutten

« Juste reflet de la vie, de la lune et de la nuit .[...]Une cabane construite en pleine forêt devient un castelet pour la quête de l’inaccessible étoile à la lueur des lampions.[...] Des poupées qui pourraient être signées Giacometti se succèdent, s’engluent puis soudain obtiennent gain de cause et renvoient la nuit dans ses sombres quartiers... »


                                                                                                            L.B, La Libre Belgique 21/08/08


« Que de vaines tentatives, que de chutes...Tout est toujours à recommencer, notre destin ressemble à celui de Sisyphe. Mais chut...Ce spectacle-là ne se raconte pas : c’est un bonheur de recevoir sous les paupières cette bouffée de poésie imaginée et remarquablement « manipulée » par Karine Birgé et Marie Delhaye. »


                                                                                                            Ph.M, Le Ligueur, 17/09/08

photo: Mélanie Rutten